page en cours de rédaction !

 à bientôt !

VOCABULAIRE de la SIGILLOGRAPHIE

Comme toute science descriptive, la sigillographie a besoin d'un langage qui soit :

• par rapport à l'objet : exact.

• par rapport à l'histoire : conforme, autant que faire se peut, au langage de l'époque de l'objet.

• par rapport à la langue : simple, non "alambiqué" ; et plutôt imagé.

• par rapport aux lecteurs ou auditeurs : compréhensible.

Or, le vocabulaire sigillographique est encore parfois inexact, non-conforme à l'histoire, alambiqué, dénué de toute poésie. Prenons quelques exemples :

• pour désigner une matrice circulaire :  "matrice cycloïdale", ou "discoïdale" (n'allons pas chercher le grec quand nous avons le latin).

• pour désigner la prise (ce par quoi on tient la matrice) : "appendice de préhension" (trop technique)

• pour désigner le trou ménagé dans la prise, à l'arrière du sceau  : "anneau de suspension" (inexact et redondant).

Nous pensons en outre que le vocabulaire de la sigillographie doit se rapprocher de celui de la numismatique ("flan", "grènetis" etc.) et de l'héraldique ("dextre" et "sénestre", "champ", "orle" etc.).

Sans vouloir tout réformer, nous avons été amené à préciser quelques éléments de ce vocabulaire. Nous présenterons ici ces choix.

Autres domaines d'expertise

Roch de Coligny

Expert pour les sceaux

Cabinet de Haute Expertise Honoré d'Urfé,

10, rue Chauchat 75009 Paris

 

Nos autres sites spécialisés dans l'EXPERTISE des SCEAUX, en cours de transfert sur ce nouveau site :