Vocabulaire de la sigillographie

SCEAU EN FORME DE MANDORLE

L'une des formes les plus fréquentes de matrice de sceau, est la forme d'un grand nombre de matrices religieuses ou de matrices de femme figurées debout.

Historiquement, on trouve l'expression « sigillum longum », par distinction d'avec le « sigillum rotundum ». Mais ce langage, utilisé principalement lors d'inventaires, reste vague, et dès le XIXème siècle, il a fallu trouver un terme plus exact. Trois expressions ont ainsi eu cours :

• sceau en amande.

• sceau ogival.

• sceau en navette.

• à quoi il faut ajouter un terme latin utilisé par les anglophones : vesica piscis (vessie natatoire de poisson).

La première expression est imagée, mais elle est partiellement fausse dans la mesure où la base de l'amande est arrondie.

La seconde expression est plus technique, architecturale. Elle pourrait convenir.

La troisième expression, qui a grand cours de nos jours, est très inadéquate. Une navette a en effet une forme plus allongée, voire étroite, ses côtés sont droits et ses deux ogives (ou plutôt des lancettes) sont plus pointues que celles des sceaux.

La quatrième est inexacte, peu évocatrice (qui a déjà vu une vessie de poisson ?) et passablement peu ragoûtante.

Le mot qui nous paraît le plus adéquat –tant par son exactitude descriptive que par son aspect historique et symbolique–, est bien la MANDORLE, telle qu'on la voit par exemple sur les tympans ou sur les fresques de l'époque romane.​

On peut opposer à ce choix le fait que ce mot vienne de l'italien mandorla, qui signifie amande ..., ce qui reviendrait à prolonger l'inexactitude évoquée ci-dessus. Mais ce terme a depuis passé dans l'usage pour désigner cette forme longue et moyennement pansue terminée par deux pointes d'ogive dans laquelle les peintres et les sculpteurs "romans" ont placé le Christ ou des saints. D'un point de vue géométrique, cette forme est obtenue par l'intersection de deux cercles identiques dont la circonférence de l'un passe par le centre de l'autre. C'est cette même symbolique que l'on retrouve dans les sceaux de même forme qui présentent eux aussi un saint ou un personnage religieux. Cette même forme est conservée, mais sans la symbolique religieuse, dans les sceaux représentant un personnage debout (généralement une dame).

Pour toutes ces raisons :

• exactitude descriptive ;

• rapprochement avec la peinture et la sculpture de la même époque que le sceau ;

• symbolisme ;

• évocation immédiate de la forme en question ;

nous abandonnons les expressions "sceau en amande" ou "sceau en navette" que nous avons pu employer autrefois, pour nous servir désormais de l'expression "sceau en forme de mandorle" ou, en abrégé, "SCEAU EN MANDORLE".

RC, 2018

navette de tapissier

amande

arc ogival

sceau de l'abbaye du Mont Saint Michel, XIIIe s.

Christ dans une mandorle

(fresques de Berzé, XIIe s.)

Christ dans une mandorle

(Saint-Sernin, XIIe s.)

Vierges sages dans une mandorle

(Cluny, XIIe s.)

Autres domaines d'expertise

Roch de Coligny

Expert pour les sceaux

Cabinet de Haute Expertise Honoré d'Urfé,

10, rue Chauchat 75009 Paris

 

Nos autres sites spécialisés dans l'EXPERTISE des SCEAUX, en cours de transfert sur ce nouveau site :